OSOI

Ce forum est le forum du jeu de rôles amateur OSOI
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le travail sur le premier supplément est lancé.

Partagez | 
 

 Quand les PJ attaquent (Where PJ's dare) (campagne 2008-2009 2/4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre Spleenhood
Rear Admiral
Rear Admiral
avatar

Messages : 728
Date d'inscription : 03/07/2009
Age : 28
Localisation : Nantes

MessageSujet: Quand les PJ attaquent (Where PJ's dare) (campagne 2008-2009 2/4)   Ven 3 Juil - 19:51

Joueurs présents:

Gwenhierd
Luciole
Rémi
Hélios

Artmann a été viré pour bavure sur un nombre de civil supérieur à 50 unités, ce qui lui a valu une rétrogradation au poste de sergent instructeur de L’US Marine Corps, et Balthazar est toujours sous le coup d’une enquête administrative qui déterminera ses responsabilités, n'était donc pas présent.

Après la cérémonie d’enterrement très émouvante de Cherry Darling (où 2 cercueils ont été nécessaires, un pour sa jambe-Thompson, un pour le reste), SMG dit Bluffy la bagarreuse force de la nature, Vladimirovna devenue hexakonsiahexekontahexaphobique*, et Von Gyver le bricoleur juif-allemand aux allures de norvégien sont convoqués aux HQ de l’OSOI.

Une communication entre l’hôpital de Szadek (une fraction de seconde avant un bruit parasitaire caractéristique d’un bombardement gratuit et haineux de PJs) et la forteresse de Geroldseck, à Kufstein (en Ostmark), dans le Tyrol autrichien adressé à un certain Herr Sturmgeist a été interceptée. Tiens ? Mais ce serait pas le même nom que l’autre médecin (paix à son âme, pardon, ses cendres…) avait susmentionné ?
Et en plus, il n’apparaît dans aucun registre, allemand ou allié.
Mais qu’est ce qu’on pourrait faire une fois, dit ? Et bien lui rendre une petite visite de courtoisie ! Il faut en savoir plus sur ces recherches confidentielles. Et pour l’extraction, débrouillez-vous !

Bon, parachutage dans la neige, tout ça… Von Gyver (qui ne se contient plus quand il voit du blanc**) pique sa crise dans la neige, j’en passe…
Tiens, une fête en ville ! Allez, on va à la taverne !
Serveuses à peine stéréotypées, rondes de bidasses bourrés, grunts entreprenants auprès de notre personnel féminin, tout cela ne fait pas reculer nos PJs qui prennent contact avec la résistance sur place. (Très subtil : C'est celui avec un blouson, un casquette qui descend sur les yeux et qui boit tout seul en silence. ie: IL EST LA !).
Petite précision : les grunts sont du 2ème Alpenkorp, seule unité stationnée à 20 km à la ronde.
Bon, c’est bien beau de boire des coups ou d’en donner aux pilliers de bar, mais on a une forteresse à attaquer.
Hooo ! Un téléphérique ! Si je m’attendais à ça…
Profitant de l’ivresse de 2 officiers SS voulant remonter, après une demi heure perdue à balancer de veines excuses au chef conducteur au téléphone, une fusillade éclate bien sûr une fois en approche de la forteresse. Un des officier est pris en bouclier humain, un autre est balancé (violement) à travers la fenêtre étroite de la cabine sur les grunts, dont un tombe malencontreusement dans le vide abyssal…
Quelques grunts plus tard, dont la plupart jouaient aux cartes et se sont littéralement retrouvés démembrés, le ménage est fait dans toute la forteresse à coup de fourchettes en argent dérobées au trésor de guerre des nazis tant convoité, de cannes de billard, de boules de billard, de cocktail Molotov maison confectionnés avec les alcools les plus fins du monde, d’AK47 dérobé dans le petit musée de la guerre du maître des lieux (période préhistoire jusqu'à aujourd’hui, tout un programme…), on peut enfin déloger Herr Sturmgeist de sa tanière, en robe de chambre bordeaux et caleçon à aigles, sirotant son scotch pur malt 15 ans d’âge, tout en lisant Meinf Kombat. Il s’avère être un haut officier de l’Anehrnebe, un des instigateurs de la Nekrosturmabteilung, placé dans l’Alpenkorp récemment comme couverture, bref, il s’agit du responsable de différents programmes de développement d’unités occultes et paranormales. A noter : il a eu les bras coupés lors du combat qui s'en suivit. Après une longue discussion sur : "faut-il le ramener à l’OSOI", "faut-il le cautériser en le jetant dans la cheminée au rez-de-chaussée", "faut-il brûler la forteresse" ***, Sturmgeist en profite pour se suicider. Malgré l’hardeur des PJs, ils ne retiennent que ses bottes (oui, il avait gardé ses bottes) et le malheureux tronc défonce le vitrail de 50x30 pour se jeter sur l’écueil rocailleux du bas de la falaise. Comme quoi, quand on veut, on peut.

Hem. Reprenons. Tombage de zombies, SS et loups garous de tous poils (hahaha) de partout.
Fait amusant : certains zombies étaient utilisés comme petites mains pour des travaux de couture des insignes de l’armée allemande dont l’unité de production était située à la cave.****
A ce propos, une étrange insigne a été découverte (ressemble à un croisement entre un aigle et une enseigne de pharmacien… En cas de problème de visualisation, contactez votre revendeur).
Nos petits soldats reprennent le téléphérique, et arrivés à mi chemin, descendent à ski. Oui, il y avait des skis dans la cabine. En effet, l’Obersturmfuhrer Blumenfist, responsable des opérations logistiques de l’Alpenkorp avait choisi ce moment là pour effectuer la maintenance annuelle du téléphérique, à 4h du matin, pou, je cite : « ne gêner personne ».
Poursuivis par l’Alpenkorp et leur chef aux allures de Jaw, Bluffy se mange par deux fois la neige et fini par dévaler la pente sous la forme d’une boule de neige humaine, gratuitant les grunts qui montaient. Bon, là , il y a des blessures.
Fuite en camion depuis la place du village où attendait le résistant et les 2 serveuses qui lui servent de compères, Gretell et Gretchen, aux BAR 1918 dévastateurs, aux bras comme les cuisses, qui déchirent –hargneusement- leurs vêtements pour en faire des pansements pour nos valeureux héros.

Bon, là, avec un panzershrek, on peut en faire des choses. Comme détruire l’Auberge de trois étages, empêcher des boches désespérés de vous poursuivre.
Bref, ça se termine par une croisière en péniche sur l’Inn pour passer en suisse en mode Indianna Jones*****, c'est-à-dire en moto BMW sur le pont (on se demande bien comment elles sont arrivées là…). La claaaasse. Un bateau de la police fluviale allemande et des poursuivants sur le chemin de hallage seront impitoyablement coulés à coup de dca et de grenades.

Ouf.

Faits intéressants :

Vladimirovna et Bluffy ont attaqué un Panzer de DCA au corps à corps en lui sautant dessus (véhicule reconnaissons le peu adapté à la poursuite sur route montagneuse, qui plus est tout en tirant à l’horizontale, angle de visée délaissé pour des raisons évidentes au regard du cahier des charges déposé auprès de l’ingénieur chargé du projet).

Bluffy s'ait défoncé le crâne en chargeant tête baissée un mur sur un fumble mémorable.

Von Gyver pratiqué du ski nautique derrière un camion comme dans un certain scénar de Qin.

Gretell et Gretchen cherchent des places de serveuses dans un bar traditionnel Tyrol à Genève, mais c’est pas vraiment l’ambiance…

* Et a d'ailleurs gagné un point pulp pour ce défaut (peur du nombre 666)
**Et possède donc un nombre incalculable de lunettes de rechange rouges (le rouge le calme)
***Véridique
****Véridique
*****Ou Steeve Mac Queen, choisissez
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/lespacespleenhood/
 
Quand les PJ attaquent (Where PJ's dare) (campagne 2008-2009 2/4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suite quand les harpies attaquent...
» Quand les agneaux attaquent le loup [RP de Groupe - Présent]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» Quant les harpies attaquent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OSOI :: Jouer :: Parties-
Sauter vers: